Maison du patrimoine Oral
 
 
>Centre de Doc>Découvrir les archives > André Clément, Parole d’Amis

Découvrir les archives

André Clément, Parole d’Amis


Découvrir Dédé Clement sur la base de données de la maison du patrimoine oral :
-Ecouter la parole de Dédé Clement
-Visionner un bout de bal avec Dédé Clément

Pour visualiser et ecouter cliquer sur cette icone
sur les fiches de la base de données

Témoignage, Parole d’Amis :
"C’etait au tout début de lai Pouèlée.
- Un gars qui jouait bien de la vielle, c’est le Lulu à Glux, tu devrais aller le voir". J’y suis allé.
- "Le père Lulu, l’ancien boulanger ? oh c’est bien facile : dernière maison à droite en descendant le bourg en face de l’église. Y’a des escaliers..." Le Père Lulu était bien là sur le perron en haut des marches, assis sur une chaise, casquette sur la tête et bâton à la main.
- "De la vielle, si j’en ai joué ? Ah oui j’en ai joué, mon pauvre garçon, de la vielle, de l’accordéon, mais y a longtemps ! Mes doigt ne m’écoutent plus et ma vielle n’a plus de cordes !" On arrive toujours trop tard ; quelques mois plus tard, le père Lulu s’en allait avec tout son répertoire.
Saulieu, dix ans plus tard, exposition d’instruments ; un petit monsieur, discret et soigné, cheveux argentés, ne décolle pas de la vitrine des accordéons : -"C’est un Maugein, celui-là, j’en avais un pareil du temps que j’etais jeune !- Ah vous avez joué du diatonique ? Vous voulez l’essayer ? Pensez vous, je ne joue plus depuis que ma femme est morte, ça faits des années...-Oh, vous pourriez essayer quand même. On a ouvert la vitrine, il a pris l’accordéon ...juste pour essayer. Deux heures plus tard, le petit monsieur doux et discret jouit toujours.
- Bon , c’est pas tout ça , mais j’ai mon pansage, moi. Et puis j’aime pas manger ma soupe froide.
-Et d’où vient, tous ces airs que vous connaissez ?
-Ah c’est tout ma jeunesse, c’est tous des airs que jouait le Père Lulu, le vieux boulanger de Glux. J’ai tout appris du temps que je jouais avec lui".
Merci Dédé ; la mémoire est un souffle de mélodies croisées."
Rémi GUILLAUMEAU

"Je vais vous expliquer comment on s’est connus tous les deux avec le Dédé. Je suis pupille de la Seine et j’ai été élevé vers sa tante. On s’est toujours connus, on s’est toujours vu gamins. Et depuis qu’on est veuf tous les deux lui quatre ans avant moi, on s’est dit pourquoi on irai pas se promenener tous les deux.
Ca ne nous ferait pas de mal !
Et c’est comme ça que je l’emmenais dans les fêtes, dans les bals, partout, parce qu’il n’aimait pas bien conduire donc c’est moi qui le conduisais. Si yen a un qui disait on va là, c’etait là. Si y’en a un qui disais on s’en va, on s’en allait. Que ça soit l’un ou l’utre, jamais une parole de plus. Je l’emmenais jouer jusq’à Cosne-sur-Loire. On allait loin ! Du Creusot à Cosne ...!"
Aimé DELAIRE

"Ceux que je préférais en lui et l’image que je garderai toujours gravée dans mon coeur, c’est celle de ses mains, de ses vielles mains ...
vielles, mais si belles, endurcies par les cals du travail, mais si douces quand elles caressaient le clavier de son accordéon avec une délicatesse jamais égalée.
C’est son coeur qui filtrait dans ses doigts, avec toute la tendresse dont lui seul était capable ..."
Alain et Nicole FLEUTOT

"J’aimais beaucoup jouer avec lui, il avait un jeu sûr et il y avait donc moyen de tourner autour de ce qu’il faisait et d’improviser aussi. Il avait un jeu tout en finesse, très mélodique. Je me rappelle une anecdote rigolote bien révélatrice de sa personalité.
Il etait en retraite depuis longtemps et il avait gardé quatre ou cinq vaches.
Il arrivait qu’il nous dise qu’il devait rentrer pour s’occuper de ses bêtes.
Et puis un jour je lui ai demandé, Dédé t’es en retraite, pourquoi tu t’embêtes à garder quelques vaches ? C’est pas pour ce qu’elle t’apportent... Il me dit :
"Ah, tu sais Pierre ! [et il me dit ça sur le ton du secret...] J’aime bien sortir, mais j’aime bien rentrer ! Alors, quand je veux rentrer et bien j’ai le pretexte de mes vaches" "
Pierre Hervé

"J’ai eu l’occasion de rencontrer Dédé dès la première fois que je suis arrivé dans le Morvan, on avait travaillé son répertoire avec Christophe Raillard pour un concert lors de la première fête de l’accordéon à St-Léger.
Quelques années plus tard quand j’ai repris l’organisation de la même fête, il m’a semblé indispensable de l’associer à la manifestation, je lui ai proposé d’être présidentdu jurydu concours d’accordéon, il m’a regardé et il m’a dit :
Tu sais, moi la musique irlandaise, j’aime pas bien ça, faut qu’je réfléchisse..."
mais on s’est rappelé, il est venu quand même, et il n’a plus raté une seule édition de SA fête. Moins qu’un aire géographique, c’etait Dédé Clément et l’histoire de sa vie, sa pratique de musicien qui accueillaient les Marc Peronne, Raoul Barboza et autres Roberto de Brassov ... Belle ouverture..."
Christian Maes

 
 

Contact : Maison du Patrimoine Oral de Bourgogne : 03 85 82 77 00 / contact@mpo-bourgogne.org