Maison du patrimoine Oral
 
 
> Collectes et Créations > Qu’est-ce que le collectage ?

Qu’est-ce que le collectage ?

La collecte a autant d’intérêt aujourd’hui qu’il y a trente ans. Une réflexion sur les techniques de collectage ainsi que sur le droit à la propriété audio-visuelle a été menée à « la Maison du Patrimoine Oral » afin de fixer une ligne de conduite ainsi qu’une base scientifique nécessaire à la constitution d’un fonds sonore propre. A partir des recherches et travaux réalisés par plusieurs chercheurs, professionnels et personnes ressources (diplômés de maîtrise de musicologie, de DEA et doctorant en ethnologie), et de l’expérience de terrain d’autres membres, une certaine déontologie de la collecte a été fixée.

Chaque collectage est unique et peut donc prendre une forme variable. Cependant « traiter l’homme ordinaire non plus comme un objet à observer, mais comme un informateur, et par définition, comme un informateur mieux informé que le sociologue qui l’interroge », selon les termes de Daniel Bertaux, constitue l’état d’esprit général qui préside aux collectages et qui est véhiculé lors de conseils sollicités par de futurs collecteurs. Concrètement, il s’agit de ne pas aborder la vie de l’autre à partir d’un questionnaire préconçu, mais de favoriser la rencontre et la relation, la liberté d’expression de l’interlocuteur. Chaque collectage doit être adapté à la personne collectée, c’est pourquoi, la durée, le lieu ainsi que les thématiques d’entrée peuvent varier d’un collectage à l’autre.

Il s’agit dans un premier temps : de prendre contact avec la personne pressentie, la préparer à l’enregistrement, fixer une date de rencontre (prévoir une demi-journée pour ne pas presser cette personne si elle a beaucoup de choses à dire), lors de l’entretien, il est souhaitable de guider la conversation par une thématique large basée sur le récit de vie, telle que « la vie d’autrefois », « les savoir-faire » ou introduire des problématique plus précises comme « la musique de bal », « les chansons de l’aïeul », « le travail de la terre », etc., sans user de questions fermées ou d’une attitude trop directive. Les supports techniques permettent aujourd’hui de réaliser des enregistrements de plusieurs heures, il est donc recommandé de ne pas arrêter l’appareil pendant l’entretien.

Ces premières recommandations générales effectuées, nous favorisons le collectage amateur en insistant sur le fait qu’un bon collecteur est celui qui sait écouter et surtout entendre ce que le collecté veut bien dire, et non un expert en questionnement.

A l’issue de la rencontre : le collecteur et le collecté signent ensemble une convention autorisant l’exploitation plus ou moins étendue du collectage, un dépôt, une numérisation ainsi qu’une analyse du document sont ensuite réalisées, une copie de l’enregistrement est offerte sur demande. Et surtout, le collecteur y retourne au moins une fois car le travail de mémoire et la confiance, ça demande du temps…

 

Contact : Maison du Patrimoine Oral de Bourgogne : 03 85 82 77 00 / contact@mpo-bourgogne.org