Maison du patrimoine Oral
 
 
> Collectes et Créations > Projets 2012 > Mémoires en Migrance

Mémoires en Migrance

Projet

Ce projet porté par les Centre sociaux de la ville d’Autun vise à permettre aux personnes âgées issues de l’immigration de raconter leur récit de vie. Une équipe d’animateurs sociaux et leur directrice, les adultes-relais, le réseau gérontologique se sont impliqués jusqu’à 2013 dans une démarche ethnologique de recueil de mémoire et de valorisation des parcours.
L’ethnologue de la Maison du patrimoine oral ainsi que l’ensemble du centre de ressources seront opérateur technique du projet. Il consiste à aider les personnes âgées isolées à formuler leur histoire, et à co-construire avec eux le support de leur transmission pour le reste du territoire. Plusieurs restitutions auront lieu dès 2012. Une publication sera réalisée en 2013.
Avec le soutien de l’ACSE Bourgogne, de la DRAC, du CG 71, de la DRCS, de la ville d’Autun.

 

Extrait de collecte :

Chez monsieur Mohamed Ajlani, l’accueil a le parfum du café à l’eau de fleur d’oranger. Nous sommes trois : Jasmine, l’adulte-relais du quartier, qu’il connaît bien et en qui il a confiance ; Mathilde, la photographe discrète et attentive ; et Caroline, l’ethnologue qui lui propose de garder sa mémoire « pour vivre encore après sa mort », comme il dit.
Monsieur Ajlani est né en Tunisie, tout à côté de la frontière algérienne. Il a vu l’histoire de la fin du 20e siècle depuis son petit village : le retour de son père, engagé dans l’armée française pendant la deuxième Guerre mondiale, les deux guerres d’Indépendance… Entre les mailles du filet des nations qui s’affrontent, il parvient à devenir boulanger.
Il parle de la nécessité de son départ du pays, puis son arrivée à Marseille, sa déception, les pressions des douaniers. Il vit ensuite une errance à travers la France (Lyon, Châlon, Autun). Il raconte plusieurs anecdotes sur les soutiens qu’il a trouvés sur son chemin pendant cette errance. A son arrivée à Autun, il va au bureau d’embauche d’Ideal-Standart. Monsieur Ajlani apprend à lire et à parler français à partir des panneaux de signalisation, en discutant avec les collègues, il utilise tout ce qui est à sa disposition et finit par être interprète de sa communauté au sein de l’usine. En tant que tel, il participe aux défilés ouvriers de mai 1968 dans les rues d’Autun, et est aux premières lignes des négociations avec les patrons et les ouvriers des autres usines. Il dit son sentiment d’être chez lui en France.
Chokrane (merci) monsieur Ajlani de verser votre parole à la source commune des mémoires de Bourgogne.

 

Presse

PDF - 666.8 ko

Consulter l’article du JSL du 10 mars 2012.

 
 
-->

Contact : Maison du Patrimoine Oral de Bourgogne : 03 85 82 77 00 / contact@mpo-bourgogne.org